Seule… ou pas

Je me sens souvent seule. Je sais bien que ça arrive à tout le monde et surtout que c’est en partie ma faute mais c’est ainsi. En vrai de vrai, je ne suis jamais seule puisque j’ai toujours Petite Fraise avec moi, et Princesse AAA n’est jamais bien loin. D’ailleurs parfois, j’aimerai être vraiment seule une petite heure et faire ce dont j’ai envie, mais ce n’est pas vraiment possible en fait. Bref!
Je dis que je me sens seule parce que, parfois (souvent même), j’ai l’impression que les gens ne m’apprécient pas, que j’embête ces mêmes personnes avec mes états d’âme ou mes conversations à deux francs six sous, que quoique je fasse je ne serais jamais assez bien pour « mériter » d’avoir des vrais amis… C’est aussi ma faute, parce que je ne vais pas vers les gens. A cause de ma timidité maladive et de ma peur d’embêter les gens, je n’ose pas aller vers eux. Je n’ose pas parler avec eux. Tout le temps, je me dis que je vais me soigner et que je vais aller vers les gens… et puis au final, non, je n’y arrive pas!

On pourrait croire que c’est plus facile derrière l’écran avec l’amitié « virtuelle », mais en fait, c’est exactement pareil pour moi… Souvent, je me connecte sur facebook, je vois des gens connectés mais je n’ose pas aller leur parler… Du coup la plupart du temps, je repars à mes occupations parce que je m’ennuie! Mais encore une fois je le dis: c’est entièrement de ma faute!

Même ici, parfois j’ai peur d’embêter le peu de gens qui me lisent… et puis au final, je me dis que c’est le seul endroit à moi où je peux vraiment laisser libre cours à mes pensées, donc j’écris un peu (comme aujourd’hui).

Beaucoup de choses passent par l’écrit avec moi, au grand désespoir de certaines personnes je pense!

 

Mais malgré tout ça, j’ai parfois de superbes surprises! Une lettre à laquelle je ne m’attendais pas (et vous savez comme j’aime recevoir du courrier, non?), un ptit coucou par facebook juste parce qu’on pense à moi, un magnifique cadeau glissé dans une lettre (avec en plus une lettre qui me fait pleure tellement elle est belle)…
carnet
Finalement, là je me dis qu’il y a vraiment des gens qui m’apprécient, et ça me fait un bien fou! Alors merci!

 

Emi’lit Ecrit

 

Publicités

Croque monsieur à l’auvergnate

Ce soir, nous avons eu envie de manger des croque-monsieur avec Mon Cher et Tendre. Mais une fois dans le magasin, pas envie du traditionnel croque-monsieur jambon blanc/emmental. Du coup, il m’a dit tu prends ce que tu veux pour changer un peu… Finalement, j’ai fait simple et régional…

Ingrédients pour 1 croque:
– 2 tranches de pain de mie
– 1 tranche (voir 1 tranche et demi de jambon d’Auvergne
– du Cantal entre-deux

Préparation:
1) Préchauffer le four à 180°C.
2) Couper le Cantal en tranche.
3) Couper le jambon cru en lanière (c’est plus pratique à manger je trouve).
4) Mettre un peu de Cantal sur une tranche de pain de mie, puis ajouter le jambon et à nouveau du Cantal.
croque_ouvert

5) Mettre la deuxième tranche de pain de mie. Parsemer de Cantal (j’ai mis les rataillons qui me restaient).
6) Enfourner jusqu’à ce que le fromage fonde et grille un peu.
croque_cuit

7) Déguster bien chaud avec pourquoi pas un peu de salade.

 

Si cette recette vous plait et que vous la faites, n’hésitez pas à me donner votre avis (et vos variantes).

 

Emi’lit

Il faut laisser pleurer les bébés… ou pas

Chacun fait ce qu’il veut avec ses enfants, on est bien d’accord! Mais chez moi, on ne laisse pas pleurer les bébés! Surtout quand ils sont tous petits comme Petite Fraise. J’accoure dès qu’elle pleure parce que j’estime qu’elle a besoin de moi. Même si, comme elle vient de le faire à l’instant, il s’agit uniquement de faire un câlin. Elle a besoin de contact et c’est normal,  non? Elle a quand même passé 9 mois bien au chaud dans mon ventre, elle ne peut pas se détacher de moi comme ça… Et puis en plus, depuis deux semaines et demi, ses dents l’embêtent…

Si je vous parle de ça aujourd’hui, ce n’est pas pour faire des polémiques à deux balles rassurez vous, mais plutôt parce que je n’arrive pas à comprendre certaines choses en fait…

Je vous explique, il y a un petit moment déjà, une ancienne copine de lycée a eu un bébé. Jusque là rien d’anormal et de choquant, on n’est bien d’accord. Ce qui m’a par contre beaucoup plus choqué c’est son statut facebook deux jours après l’accouchement alors qu’elle était toujours à la maternité: « J’ai trop mal dormi cette nuit, le bébé a beaucoup pleuré et il pleure toujours beaucoup. Mais je veux pas l’habituer à être dans les bras, alors je suis bien obligé de le laisser dans son berceau. » S’en suivait des commentaires qui lui donnaient raison, lui disant qu’il fallait pas céder aux caprices du petits… J’ai vraiment cru à une blague au début… Mais pas du tout en fait! Elle était sérieuse! Elle ne voulait pas donnait de manières à son enfant en le prenant dans ses bras alors qu’il n’avait que deux jours! Et honnêtement, des caprices à deux jours?? Je veux bien beaucoup de choses, mais là faut pas pousser mémé dans les orties…

Alors, je veux bien que chacun fasse ce qu’il faut hein, mais nom d’une pipe (j’aurais aussi pu dire saperlipopette, j’aime bien les mots/expressions comme ça, mais c’est une autre histoire), un enfant qui a passé 9 mois dans le ventre de sa mère à besoin de contact quand il sort!

Même nous adultes, nous avons besoin de contact, d’attention… alors pourquoi le refuser à un enfant, à son enfant?

Ici, c’est câlin à volonté pour mes deux filles et ce depuis leurs naissances. Je ne vois pas pourquoi je comblerais pas ce besoin (parce que oui, n’en déplaisent à certains, il s’agit bel et bien d’un besoin).

Alors, non je ne laisse pas mes filles pleurer mais pour autant Princesse AAA n’est pas capricieuse (pour Petite Fraise, seul l’avenir nous le dira). Elle ne se roule pas par terre, ne tape pas du pied quand elle n’est pas contente… Pour tout vous dire, le terrible two dont tout le monde parle, je ne l’ai même pas connu. Elle a bien eu la période du non, mais ça n’a pas été si horrible. Bien sûr, elle fait des crises comme tous les enfants (comme tout le monde devrais-je dire), mais accepte très bien que l’on dise non si on lui explique pourquoi. Elle accepte d’attendre. La seule chose c’est lui expliquer, là aussi, pourquoi elle doit attendre, et après tout c’est bien normal non?

Je sais que j’ai de la chance parce que mes filles ne sont pas des grosses pleureuses. Elles ne pleurent/pleuraient que très rarement. C’est peut-être pour ça que c’est plus facile pour moi. Mais quand même, ce sont des choses que je ne comprends pas. Comment peut-on laisser en bébé/enfant dans sa détresse? Il y a, je pense d’autres méthodes que de laisser pleurer…

Ici, après avoir fait les vérifications d’usage (faim/soif/bobo/couche sale) on fait un câlin, ou on joue avec des peluches ou le tapis d’éveil… Je la prend en écharpe, on va promener… Ce ne sont pas des méthodes miracles, je n’ai pas la science infuse. Mais je suis sûre d’une chose: un bébé qui pleure a besoin que l’on s’occupe de lui!

Emi’lit

Fondant au chocolat

J’aime beaucoup le chocolat, j’adore les gâteaux au chocolat! Mais je déteste ma cuisine actuelle… alors j’y passe le moins de temps possible! Quand une envie de bon gâteau au chocolat me prend, je fais donc du fondant au chocolat! Ce gâteau à l’avantage de se préparer vite, de ne nécessiter que peu de matériel (un fouet, une casserole, un moule à manquer) et de cuire vite… Comme je suis très gentille, je vais vous donner la recette. (Par contre pas de photo, j’ai oublié d’en prendre).

Pour un gâteau de 8 parts:
– 200g de chocolat noir
– 100g de beurre
– 80g de sucre
– 50g de farine
– 3 oeufs
– un peu de cannelle

Préparation:
1) Préchauffer le four à 210°C (th7)
2) Faire fondre le chocolat et le beurre à feu doux.
3) Quand le chocolat et le beurre sont fondus, ajouter le sucre puis la farine et enfin les oeufs un par un.
4) Ajouter enfin la cannelle selon votre goût.
5) Mettre dans un moule et cuire 15minutes environ.
6) Déguster froid ou tiède, seule ou avec un peu de glace à la vanille par exemple.

 

Si vous le faites, envoyez moi une petite photo, je la mettrais dans cet article. Et quand je referais je mettrais une photo, promis!

 

Emi’lit

Savoir se faire confiance!

Je n’ai pas une confiance en moi énorme, bien au contraire d’ailleurs! Néanmoins, s’il y a bien un domaine où je me fais confiance c’est quand il s’agit de mes filles. Je n’ai pas la science infuse, je n’ai pas fait d’étude en rapport avec les enfants, ni d’études de médecine, mais jusqu’à présent je pense avoir raison de me faire confiance!

Je suis loin d’être la maman parfaite et bien sûr je fais des erreurs mais je me fais confiance et je me dis que je connais bien mes filles pour savoir/ressentir certaines choses. D’ailleurs, s’il y a bien un truc qui me gonfle c’est qu’on mette ça en doute sans vraiment prendre la peine de m’écouter…
Bon, là vous sentez le ptit coup de gueule, me trompe-je?

Il y a une chose qui m’a gonflée au plus haut point ses deux derniers moi: que des professionnel de santé remette en cause ce que je leur disait à propos de ma fille sous prétexte que eux savent vu qu’ils ont fait des études…

La première fois, c’était à la maternité. La deuxième ou troisième nuit, Petite Fraise a beaucoup pleuré (de 21h à minuit quasiment). J’ai essayé plein de choses pour la calmer mais rien ne marchait. Du départ, j’ai pensé que c’était sa tête qui lui faisait mal. Elle avait quand même une sacrée bosse et un hématome impressionnant qui saignait un peu parfois et qui a quand même duré 21jours… J’en ai parlé donc à la sage-femme et l’auxiliaire de puériculture quand elles sont passé me proposer la tisane dégueu au fenouil. Bref! Elles m’ont assuré que ce n’était pas ça car elle pleurait même dans mes bras… « Ce sont des coliques » qu’elles m’ont dit. Je n’ai pas insisté et Petite Fraise a fini par se calmer et par s’endormir dans mes bras! Le lendemain, la même équipe m’a assuré que ma montée de lait n’était pas encore faite alors que j’affirmais le contraire… Genre je ne sentais même pas ce qu’il se passait dans mon propre corps!
Au changement d’équipe, quand je suis allé donner le bain à Petite Fraise, la première chose que l’auxiliaire de puériculture m’a dit c’est « waouh! elle est bien faite votre montée de lait! »… Et quand j’ai vu le pédiatre, il m’a assuré qu’elle devait avoir effectivement mal à sa tête la veille. A peine il l’a touchée, elle a hurlé… J’aurai dû me battre pour qu’il lui donne quelque chose…

La deuxième fois, c’était la semaine dernière lors du contrôle technique de Petite Fraise. La docteur me demande comment ça se passe. Je lui répond que tout va bien, l’allaitement roule, elle dort la nuit de 21h30 à 4h30 du matin, qu’elle est bien éveillée et tout… mais que par contre ça fait une semaine qu’elle a ses dents qui la travaillent! Elle m’a dit que ça serait étonnant vu qu’elle n’a que deux mois… Je lui explique donc pourquoi je dis ça (ben oui je dis pas ça comme ça histoire de causer): elle bave des litres et des litres, se bouffent la main à longueur de temps, est ronchon et a les joues un peu rouges. Elle a fini par regardé et m’a dit « ah bah oui! elle double les gencives là! ça travaille en effet! ». Elle m’a quand même rajouté un « c’est rare! » comme pour se justifier de ne pas m’avoir cru!

Je veux bien accepter et comprendre que je ne sais pas tout (et encore heureux d’ailleurs), je veux bien accepter et comprendre que le personnel de santé a fait des études et sais tout un tas de choses que je ne sais pas… Mais il serait peut aussi temps que certains comprennent que nous connaissons nos enfants et qu’il faut savoir nous écouter beaucoup et nous faire confiance un peu…
Parce que, oui, là je parle de moi… Mais toutes les mamans en général connaissent leur(s) enfant(s) et devraient s’écouter un peu plus et se faire confiance. On sent bien quand nos enfants ne sont pas bien je pense (je ne parle pas ici de mal-être qui sont parfois difficile à déceler hein), on sent bien quand le comportement de notre enfant chance, quand il y  un truc qui cloche… aussi petit soit-il. Il faut parfois savoir ne pas écouter ce qui se dit autour de soi, non?

Pour ce qui est de mes filles, je continue de me faire confiance et pour le moment, ça nous réussit bien!

 

Et chez vous, les médecins et autres personnels de santé vous écoutent-ils? vous font-ils confiance?

 

Emi’lit