le Rituel du coucher de Princesse AAA

Hier soir, en mettant Princesse AAA au lit, je me suis fait la réflexion suivante: « ce serait bien de partager ça avec d’autres parents. Savoir comment ils font avec leur(s) enfant(s). Et puis ça peut peut être en aider certains qui ont du mal avec le coucher ». Je suis passée par la case « impossible de mettre Princesse AAA au lit ». Ensuite, ça s’est calmé puis nous avons dû tous dormir dans la même pièce, donc le rituel du coucher il est un peu passé à la trappe. Mais depuis quelques temps (depuis le 1er septembre en fait), elle a sa chambre et donc nous avons mis en place un nouveau rituel de coucher. Bref, allons y…

 

Chez nous, le rituel du coucher commence assez tôt. En effet, vers 18h30, pendant que je prépare le repas, Mon Cher et Tendre donne le bain à Princesse AAA (c’est parfois le contraire d’ailleurs, il cuisine et je lave). Ensuite, mise en pyjama et on monte pour manger. Pour moi cette étape fait vraiment partie intégrante du rituel parce qu’une fois le bain terminé et le pyjama enfilé, Princesse AAA est calme et détendue et elle sait ce que bientôt elle sera au lit. Bref, après un repas calme (enfin ça c’est pas toujours le cas hein), Princesse AAA en bonne petite fille sage, va ranger ses jouets et s’installer sur le canapé pour regarder un épisode de Oui-Oui (parfois avec un chocolat). Ensuite, elle court dans sa chambre, pour arriver avant nous et qu’on frappe. Ensuite, nous choisissons un livre ensemble et je le lui lis. Après elle le reprend et m’explique les images, raconte l’histoire à sa manière. Ensuite un câlin à papa, un câlin à maman (depuis quelques jours un câlin au ventre de maman parce qu’il ne faut quand même pas oublier Petite Fraise) et je la borde. Là, je fais les dernière recommandations « si tu as soif, tu as un verre d’eau sur ton lit. Si tu as envie de faire pipi tu as le pot et tu m’appelles. Si tu as besoin d’un câlin tu peux demander. » J’éteins la lumière pour qu’elle repère sa luciole puis on allume Norbert et je m’en vais en disant au moins 3 fois « bonne nuit! fais de beaux rêves! je t’aime fort! à demain! bye! » Et normalement c’est bon jusqu’au lendemain…

Alors je vous l’accorde, ce rituel est on ne peut plus basique (bain, repas, histoire, câlin) mais il s’avère que pour nous il fonctionne bien. Princesse AAA dort bien mieux depuis que nous faisons comme ça et du coup nous aussi. Je pense que cette petite routine la rassure et lui permet de passer une nuit paisible.

 

Quel est le rituel du coucher chez vous? SI vous voulez nous en faire part, j’attends vos emails (emilie.mamandeschamps@gmail.com). Je publierais vos rituels de coucher le mercredi (enfin si vous jouez le jeu).

 

Emi’lit

Publicités

Gâteau chocolat poire sans oeuf

Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous une super recette de gâteau poire chocolat. D’ailleurs pour vous faire une photo, il a fallut que je me sacrifie et que j’en mange une part à midi… Si c’est pas de la conscience bloguesque ça!

Hier, j’ai vu que mes poires commençaient à faire une sale tête, j’ai donc décidé de faire un fondant poire chocolat. Mais problème technique, je n’avais plus d’oeuf. En plus, j’avais pas envie d’un gâteau super gras (hors ma recette de fondant contient beaucoup de beurre…). J’ai farfouillé dans mon tiroir à recettes (je vous montrerais ça un jour…) et je suis retombé sur celle de mon super moelleux aux pommes sans oeuf. J’ai tenté, et j’ai bien fait!

Pour un gros gâteau:
– 25cL de lait
– 20g de beurre fondu
– 150g de farine
– 1 sachet de levure
– 5 grosses cuillères à soupe de sucre en poudre
– 1 pincée de sel
– 3 poires
– 100g de chocolat pâtissier (j’ai mis mes restes de tablettes donc environ 75g de noir et 25g de au lait)

Préparation:
1) Préchauffer le four à 200°C.
2) Mélanger les poudres (farine, sucre, levure)
3) Ajouter le lait puis le beurre fondu.
4) Faire fondre le chocolat au bain marie ou au micro-onde c’est comme vous le sentez.
5) Incorporer le chocolat à la pâte.
6) Ajouter la pincée de sel.
7) Couper les poires en dès après les avoir épluchées et épépinées. Puis les incorporer à la pâte.
8) Cuire 20/25 minutes.

Déguster froid.

verdict:
Un gâteau super moelleux avec un bon goût de chocolat ET de poires (oui parce que des fois on sent plus l’un ou l’autre). Même Princesse AAA a aimé, pourtant elle n’aime pas trop les fruits cuits (en dehors de la compote). A faire et à refaire avec plein d’autres fruits!

Emi’lit

6 mois de grossesse

Voilà, on y est. Dans 3 mois Petite Fraise sera là.

Quand j’attendais Princesse AAA, j’étais bien dans mon corps, j’aimais mon gros ventre… Pour cette grossesse, finalement c’est la même chose. Sauf que mon ventre est « sorti » plus vite. On voit depuis un moment que je suis enceinte. Ce n’est pas que ça me dérange hein, juste que ce ventre, il m’encombre un peu. Et là où, pour ma première grossesse je me suis retrouvé à avoir besoin d’aide pour sortir de la baignoire (et même du canapé) à partir de 6 mois et demi 7 mois de grossesse. Là, ça fait déjà 1 mois et demi que j’ai du mal.

Il est vrai que pour ma première grossesse j’ai perdu 20 kg (allez y détestez moi), du coup je pense que ça joue sur la grosseur actuel de mon ventre. En plus là, je perds aussi du poids (détestez moi encore plus), du coup forcément mon ventre ressort plus.

Bref, j’aime mon gros ventre. J’aime être enceinte.

Depuis que je vous en parle de ce gros ventre… Le voici!

 

Désolée, cet article est assez court, mais je vous ai déjà beaucoup parlé de ma grossesse, non?

 

Emi’lit

Dans moins de 100 jours…

nous serons 4!

Je ne sais pas si je suis vraiment prête à ça… Enfin, en même temps, il est trop tard pour reculer! Plus sérieusement, je l’attendais avec impatience ce deuxième bébé puisqu’il a quand même mis 16 mois avant de venir se loger dans mon ventre et maintenant que Petite Fraise est là (et malgré tous les désagrément dû à la grossesse et surtout aux médecins) je suis vraiment heureuse. Mais au fond, je me pose des questions. Même si je fais la « super maman » en disant: « y en a d’autres qui l’ont fait avant moi, je vais y arriver il n’y a pas de raisons… », parfois je n’en suis pas convaincue. Assurer la partie « technique » ça je me fais pas vraiment de soucis hein… Changer les couches, habiller, allaiter ça devrait aller, j’ai pas oublié comment ça se passe! Mais c’est tout le reste en fait. Comment ne pas léser l’une ou l’autre? Comment m’organiser pour emmener Princesse AAA à l’école (et aller la chercher) avec Petite Fraise tout en respectant ses rythmes? Comment réussir à donner autant d’attention à chacune? Comment donner autant d’amour à chacune? Comment me partager en deux en fait?

Alors oui, je sais, d’autres l’ont fait avant moi et y sont arrivées! Et puis il y aura Mon Cher et Tendre pour me seconder et aussi pour me remettre dans le droit chemin si je délaisse l’une de mes filles au profit de l’autre. Et puis l’amour se multiplie, il ne se partage pas…

Mais d’un point de vue beaucoup plus pratique, nous sommes loin d’être prêts. Nous savons déjà que les premiers mois, Petite Fraise dormira dans notre chambre (nous sommes, je le rappelle en plein travaux, et sa chambre n’est pas la priorité pour le moment, il y a bien d’autres choses plus urgentes à faire). Nous avons sa chambre (lit, armoire et commode à langer) puisqu’elle récupère les affaires de sa soeur. Mais Princesse AAA n’a pas encore son lit de grande… Nous avons gardé la poussette, mais elle est toujours dans la buanderie en attente de lavage, tout comme le carton de linge. En fait, Princesse AAA est née en mars, donc je compte me servir un maximum de ses vêtements que j’ai gardé… Mais il faudra bien un complément et puis rien ne dit que Petite Fraise sera un « gros bébé » comme sa soeur. Il faut donc que je trie, lave, range tous les vêtements… Mais je n’ai rien commencé.
Nous devons acheter deux ou trois choses (écharpe de portage (qui est heureusement choisie), couches lavables (qui sont presque toutes choisies) et veilleuse par exemple)… Mais encore une fois rien n’est fait.

Pour Princesse AAA, dès que nous avons su le sexe, nous avons acheter deux ou trois choses… Mais là rien de rien. On se dit qu’on a le temps (ce qui est vrai en soit, il me reste quand même 3 mois avant l’accouchement), mais en même temps, ça passe vite, et j’ai peur que rien ne soit prêt à son arrivée.
D’un autre côté, j’ai tellement de choses en tête et à faire (entre les travaux, Noël qui approche, Princesse AAA à m’occuper…) que je n’arrive pas à m’y mettre.

Ce n’est pas que je n’aime pas Petite Fraise ou que je n’ai pas hâte qu’elle arrive, juste que j’ai du mal à m’investir vraiment dans cette grossesse, du mal à trouver du temps pour tout…

Enfin, il nous reste encore 3mois pour tout préparer, donc on devrait bien y arriver!

Et vous, comment avez vous vécu l’arrivée de votre/vos enfants? Comment avez vous géré tout ça?

Emi’lit

La lecture et moi… et nous…

Aussi loin que je me souviennes, j’ai toujours aimé qu’on me lise des histoires (enfin quand je dis on, c’est ma maman hein) et ensuite j’ai aimé lire toute seule. Je me souviens que petite, j’avais une histoire préférée: des petits lutins qui aidaient les gens d’un village, mais la femme du tailleur qui était insupportable refusait leur aide. Ce livre, pour le moment, je ne l’ai pas retrouver, mais, je peux vous dire que maman me l’a lu et relu et qu’il en a souffert le pauvre. Il m’a d’ailleurs aidé à apprendre la lecture (ben oui quand on connait un livre par cœur c’est plus simple de lire et de reconnaitre les mots).
Bref, depuis que maman me lisait des histoires le soir avant de dormir (peut être même que je l’embêtais pour en avoir la journée, mais ça elle seule peut le dire, je n’ai pas tant de mémoire que ça, faut pas exagérer), il m’est passé plein de livre entre les mains (au derniers recensement, ils étaient 350 dans ma bibliothèque). J’ai toujours préféré lire à regarder la télé, j’ai toujours un livre à portée de main, j’en dissimule dans chaque pièce (c’est ainsi que les fleurs du mal sont dans un tiroir dans ma cuisine, pour quand je dois y rester quelques longues minutes seule en attendant que le repas cuise), j’en ai toujours un dans mon sac à main (que je n’ai le temps d’ouvrir que très rarement…), j’en ai des magnifiques que je feuillette souvent juste pour le plaisir des belles photos/illustrations…Vous l’aurez compris: j’adore les livres!

La lecture tenant donc une place importante pour moi, c’est tout naturellement que j’ai essayé assez tôt de faire que ma fille s’y intéresse. Quand je dis tôt, c’est vraiment tôt… En effet, j’ai commencé à lui lire des histoires chaque soir quand elle était encore dans mon ventre. Et depuis c’est un petit rituel, chaque soir Princesse AAA choisi une histoire que je lui lis. Je le fais avec vraiment beaucoup de plaisir, et même si parfois certaines histoires tournent un peu en boucle, ce n’est jamais une corvée. Parfois, souvent même, je lui en lis dans la journée aussi. Depuis qu’elle est toute petite, elle « réclame » souvent une histoire, parfois même deux ou trois… Je partage toujours ces moments avec elle avec un réel plaisir.
Souvent, quand elle me voit lire, elle va chercher un livre dans sa chambre et revient se mettre à côté de moi dans le canapé et elle « lit » comme moi. Elle fait ça depuis qu’elle sait marcher. La première fois ça m’a littéralement fait fondre (bon d’accord ça le fait encore). Ce qui est marrant, c’est qu’elle m’observe pour faire exactement comme moi. Et puis, elle se raconte des histoires (et là je vous le dis, ça vaut vraiment le détour parfois).
Alors oui, je me doute bien que si elle s’intéressait autant aux livres étant petite c’était juste pour faire comme maman (tout comme elle me piquait mes sacs à main ou le téléphone…) mais en grandissant, on voit bien que ça l’intéresse vraiment. Quand nous allons faire les courses, elle ne réclame pas de jouet non, elle demande un livre. Quand on lui lit une histoire, elle retient son souffle pour attendre la suite, elle est triste en même temps que les personnages parfois… elle vit réellement l’histoire!
Et puis, j’ai pu remarqué que ça l’éveille beaucoup, que ça stimule aussi sa mémoire, que ça lui apprend plein de chose et surtout que ça la fait rêver et que ça développe son imagination. Elle aime les histoires de princesses, elle aime aussi les histoires toutes simples avec des personnages qui ne sont pas connus… Tout ce qu’elle veut c’est des histoires, qu’on lui raconte, qu’on prenne une grosse voix quand un ours parle par exemple et une toute petite lorsque c’est une souris… Et après, elle reprend le livre et nous refait l’histoire à sa sauce!

J’espère que Petite Fraise aura le même amour des histoires. Elle entend chaque soir celle que je lis à sa grande soeur. Elle aura elle aussi tous un tas de livres…
La lecture, c’est un peu une affaire de famille finalement, et je suis heureuse d’avoir transmis ça à ma fille!

Et chez vous, on lit?

 

Emi’lit

Fée Mains Couture

Aujourd’hui, je voudrez vous faire découvrir une super créatrice! En plus, elle est auvergnate! Si ça c’est pas la classe!

J’ai rencontré Véronique, la créatrice de Fée Mains Couture grâce au blog et à une passion que nous avons en commun: l’univers médiéval! J’aime beaucoup ce qu’elle fait… Et je voulais vous faire découvrir ses créations!

Véronique, la fée de Fée Mains Couture, parcours les fêtes médiévales de France et de Navarre avec son échoppe ambulante:

Elle fait aussi de la teinture végétale: les colporteurs de couleurs:

Et elle file aussi: le fileuse des rues:

Pour mieux la connaître, je lui ai demandé si elle voulait bien se plier à l’exercice de l’interview alors je lui laisse la parole:

1) Peux-tu te présenter pour que l’on sache un peu qui se cache derrière tes créations?

Je m’appelle Véronique, j’ai 36 ans.

Mariée, 2 enfants, passionnée par l’univers médiéval (historique et fantastique), en quête perpétuelle de nouveaux savoir-faire et le cerveau en ébullition voilà ce qui me caractérise

2) Comment définirais tu Fée Mains?

Ouh la la c’est compliqué !!!

J’ai crée Fée Mains il y a bientôt 4 ans à la fin de mon congé parental.

Au début mes créations partaient un peu dans tous les sens, je me cherchais.

Petit à petit j’ai compris qu’il fallait que je fasse coïncider création et Moyen Age.

Je dirais donc que Fée Mains c’est un mélange de savoir faire ancestral et de fantaisie.

c’est aussi une histoire de famille car pour que l’aventure perdure il est indispensable que mon mari et mes enfants suivent.

D’ailleurs nous espérons qu’un jour nous pourrons travailler ensemble !!

3) Comment en es-tu arrivée là? Quel a été ton parcours? Pourquoi une telle boutique?

J’ai voulu très tôt me mettre à mon compte. Un besoin impérieux d’indépendance (illusoire il faut bien le dire !!).

Après une expérience à la fac de droit, plusieurs emplois et la naissance de mon fils j’ai repris mes études et j’ai obtenu un BTS Assistante de Direction en alternance.

Déjà à l’époque mes professeurs disaient que j’étais une artiste…

Même si je ne me reconnais pas du tout dans ce terme, j’ai toujours montrais des aptitudes à la créations.

A la naissance de ma fille ma belle mère m’a donné sa machine à coudre et voilà j’étais lancée !!!

Ma première réalisation importante : mes robes de mariée (une pour la mairie et une pour l’église) réalisée avec l’aide de ma tante.

4) Où trouves tu l’inspiration pour tes créations?

Partout.

oui je sais c’est vaste !! En fait une image, un son, une odeur tout peut faire naitre en moi une idée !!

Je me nourris de ce qui m’entoure, je suis une éponge..

2videment les fêtes médiévales sont pour moi une une source importante d’inspiration. Sans oublier l’iconographie médiévale que je j’observe lors de mes nombreuses recherches !

5) Comment travailles-tu? Avec quelles matières?

J’aime beaucoup travailler la nuit. Le calme t la sérénité qui règnent me permettent de laisser voyager mon esprit.

Je travaille à l’instinct. J’utilise assez peu de patrons qui seraient susceptibles de brider mon imaginaire. Sauf pour les costumes bien sûr.

Le meilleur exemple de ce travail ce sont mes cols polaires. Je les dessine à main levée et les accessoirise ensuite en fonction de la forme née de ma main.

Quant aux matières, de plus en plus j’utilise des matières naturelles : du lin, du coton, du cuir, de la laine et des plantes tinctoriales.

Cela vient aussi de mes recherches sur les savoir faire médiévaux.

Pour autant je ne tourne pas le dos à d’autres matières entre autres la polaire que j’aime utiliser surtout l’hiver.

6) Peux-tu nous parler des Colporteurs de Couleurs?

L’idée des Colporteurs de Couleurs est née lors de la fête médiévale de Souvigny en 2011.

D’ailleurs ce fut aussi la première sortie de l’animation lors de l’édition 2012.

J’ai remarqué l’intérêt des gens pour la teinture végétale et j’ai donc eu envie de partager ce savoir faire dans le respect d’une certaines authenticité historique.

Soyons clair je ne prétends pas être 100% historique (du fait même que la structure et mobile) mais la technique utilisée est très proche de ce qui devait se faire.

C’est pour cela aussi que je me suis spécialisée dans le rouge et le jaune car au Moyen Age les teinturiers n’avaient pas le droit de faire toutes les couleurs.

C’est une animation que je propose aux organisateurs de fêtes médiévales et qui je l’espère se promènera (ainsi que sa cousine La Fileuse des rues) dans toute la France.

Nous expliquons aux visiteurs les plantes utilisées, le statut des teinturiers et les techniques tout en travaillant !

7) As-tu quelques choses à rajouter?

Je souhaite surtout te remercier pour cet interview. J’espère qu’elle aura permis à tes lecteurs de découvrir mon univers et qu’ils l’aimeront !!
Vous pouvez la trouver:
– sur son blog
– sur facebook
– sur sa merveilleuse boutique

Comme Véronique est très gentille, elle vous offre un cadeau de saison:

Je bave devant ses cols en polaire qui sont plus magnifiques les uns que les autres, alors autant vous dire que je suis ravie de vous en faire gagner un grâce à elle.

Mais comment on joue?

– répondre à ces questions en commentaire:
1) lors d’une teinture végétale, en combien de temps environ peut-on découvrir la couleur de la laine? (indice ici)
2) dans quelles couleurs de teinture végétale Véronique est-elle spécialisée. (la réponse est dans l’interview).
– les deux personnes qui ont mis le plus de commentaires sur le blog depuis sa création auront une chance en plus.

Vous pouvez aimer nos pages facebook (parce que ça fait toujours plaisir) mais ça n’apporte pas de chance supplémentaire. (ici et ici)

Le concours commence dès la publication et se termine le 24 octobre à 14h00. Le ou la gagnante sera tiré au sort dans l’après-midi du 24 et annoncé en édit de cet article.

Les commentaires seront modérés pour toute la durée du concours.

 

 

EDIT:

mon ami random a choisi le numéro 7.

 

C’est donc Mili qui gagne ce merveilleux col! J’attends ton adresse par mail 😉

Merci à toutes pour vos participations!

Emi’lit

Cette grossesse tant attendue…

Cette grossesse, je l’ai beaucoup attendu… 16 mois en tout. 16 mois c’est à la fois très long et pas tant que ça. C’est long parce qu’on voudrait tomber enceinte à peine la contraception arrêtée. Mais si on remet les choses en place, ce n’est pas si long , parce que certaines femmes ont beaucoup plus de mal (voire ne peuvent pas concevoir). Bref! Cette grossesse donc, je l’ai vraiment attendu. Ma première grossesse a été idyllique (pas de maux spéciaux, perte de poids, peu de fatigue…), je ne m’attendais pas forcément ce qu’il en soit de même pour celle-ci mais j’espérai prendre le même chemin.

Enfin, là le vrai soucis de cette grossesse c’est que j’ai vraiment du mal à en profiter, du mal à m’approprier cette grossesse.
Je pense qu’il y a plusieurs choses qui amènent à ce résultat.

D’abord, quand j’attendais Princesse AAA j’étais vraiment centrée sur mon ventre. Je préparais son arrivée en cherchant ce dont on avait besoin, en cherchant les meilleurs prix. Je lui lisais déjà des histoires chaque soir. Je ne vivais qu’à travers mon gros ventre…
Pour cette grossesse, c’est différent. Bien sûr j’attends Petite Fraise avec impatience, mais je suis moins centrée sur mon (énorme) ventre. Je dois m’occuper de Princesse AAA (même si le verbe « devoir » n’est pas vraiment approprié parce que c’est un réel plaisir). Pour ce qui est de la préparation de l’arrivée de Petite Fraise, comme nous avons gardé tous les vêtements de Princesse AAA et tout ce que nous nous servions pour elle, pas grand chose à faire… de plus, les couches lavables et l’écharpe de portage sont choisies… Du coup, j’ai l’impression de moins m’investir.

Ensuite, le fait que clairement les médecins qui me suivent me font suer et ne veulent pas m’entendre (pour la plupart, parce que la diabétologue est quand même très gentille), participe au fait que je n’arrive pas à m’investir de cette grossesse. trop d’examen, trop d’échographie, trop de sermon, trop de restrictions, trop de « je suis médecin, je sais et je ne peux pas me tromper »… Le suivi, je m’y fais (encore que ça me mette un peu hors de moi tant de suivi pour rien) mais alors les sermons, et le fait qu’on ne veuille pas m’écouter ça c’est juste pas possible. Et forcément, chaque rendez-vous devenant un calvaire (j’en suis malade deux jours avant), j’en viens parfois à ne plus aimer être enceinte. Y a quand même mieux pour s’investir dans une grossesse, non?

Finalement, je pense que j’ai aussi du mal à être vraiment dans cette grossesse comme dans la première parce que je sais un peu mieux ce qu’il se passe dans mon corps. Pour Princesse AAA je découvrais chaque jour de nouvelles choses, là je peux un peu mieux les anticiper et donc les appréhender. Les seules choses que je ne peux pas prévoir parce que je n’avais pas connu ça avant ce sont les maux de la grossesse. Et honnêtement, je m’en serais bien passé. Du coup, même si bien sûr la grossesse n’est pas une maladie, c’est difficile d’être parfois si mal. Etre enceinte quand j’attendais Princesse AAA c’était juste du bonheur. Attendre Petite Fraise, c’est avoir mal, avoir des vertiges, être essoufflée au moindre effort, ne pas pouvoir manger comme je veux, mal dormir, avoir mal aux jambes… ça n’aide pas, encore une fois…

 

Par contre, je suis heureuse d’être enceinte. Même si j’appréhende, j’ai hâte que Petite Fraise soit enfin là. J’aime la sentir bouger (même si, parfois, la nuit, je la soupçonne d’inviter des potes à faire la fête tellement ça gigote là-dedans). J’aime avoir ce gros ventre de future maman. Juste, parfois, c’est dur et je m’en veux d’être moins investie dans cette deuxième grossesse…

 

Celles qui ont plusieurs enfants, comment avez vous vécu les choses?

 

Emi’lit