Once upon a time… in Liverpool

Bonjour à tous,

Je vous écris de mon petit coin picard où il fait un froid de canard, merci au chauffage collectif qui ne sera mis en marche que dans plusieurs jours ! Grâce à cela (ou plutôt par son absence) j’apprends à taper sur un clavier sans sentir le bout de mes doigts et à marcher sans sentir mes orteils … (non, je n’exagère pas, la vie en collectivité entraîne des épreuves ^^ et pleins de trucs bizarres ! Bref !)

Je viens ici pour vous parler un peu de ma vie, (comme d’habitude, car j’ai décidé que ça vous intéressez !)  Et plus précisément je vais vous parler de mon séjour à Liverpool il y a un an déjà !

Je n’ai pas vraiment eu le choix de partir ou pas puisque la fac nous l’imposait et a donc fichu toute la promo dehors pour un semestre. Chose plutôt maligne puisque si on ne m’avait pas forcée, je ne serai jamais partie ! Mais bon, sur le coup, j’ai vraiment eu très peur… De me retrouver toute seule, de ne pas m’habituer… Quand je suis revenue, j’étais à la fois contente de rentrer chez moi et très triste de repartir et de laisser de côté la vie que je m’étais faite là-bas. Après, tout s’est peu à peu estompé et je repensai à tout ça de temps en temps en me disant que vraiment c’était une bonne expérience.

Mais je dois bien reconnaître que depuis plusieurs semaines maintenant, tout ce que j’ai vécu là-bas me revient de plein fouet et j’ignore pourquoi, p’têt le « cap » des un an …? En tout cas, parfois j’ai des souvenirs qui arrivent, des choses dont je ne me souvenais absolument pas… Et c’est vrai que pendant ces quelques mois il a dû s’en passer des choses.

L’expérience ERASMUS est vraiment magique ! Il faut aussi dire que LPL est vraiment une ville de grands malades aussi ! Sérieusement, vous en connaissez beaucoup des gens en France qui partagent leur repas avec un wagon entier de train ?  Ou des chorales de Noël qui chantent en plein centre-ville ?  Ou des villes qui exposent fièrement des moutons bananes à travers les rues ? Franchement c’est plutôt rare, non ? Moi qui avait l’image d’une ville vraiment industrielle sans intérêt, je dois bien avouer que ça m’a bien remis à ma place!

Alors, voilà ! Puisque je n’ai qu’une envie c’est de partager ce voyage, d’en parler à tout le monde tout le temps, et bien je le dis ici ! En vous montrant les photos, les lieux qui m’ont marqué… Et si vous avez des questions, que vous envisagez un voyage là-bas ou quoi que ce soit… Do not hesitate 😉

First, ce qui constitue pour moi la base de Liverpool: le Liver Bird,  l’oiseau mythique emblème de la ville de Liverpool qui est au coeur d’une légende de la ville et, la rue dans laquelle j’habitais.. très Billy Elliot 🙂

Le Liver Bird

Rathbone Road

Mais bon, le plus important ou du moins la renommée de Liverpool tient moi à son Liver Bird et à Billy Elliot qu’à ses vrais Scousers: The Beatles!

Dans la ville, tout rappelle que le groupe est originaire de Liverpool: le Fab Tour (un tour de taxi à travers Liverpool pour voir tous les lieux emblématiques des Beatles: maison d’enfance, le Cavern Club qui a été leur première scène, Penny Lane…)

On a aussi le célèbre Albert Dock avec La River Mersey qui est un endroit vraiment magnifique 🙂

L’intérieur d’Albert Dock

La Mersey et le Waterfront connu pour les trois grands bâtiments appelés les trois Grâces de Liverpool.

Il y a aussi quelques curiosités telles que les moutons-bananes (Lambananas) dont le plus connu et le plus grand se situait devant la Bibliothèque Universitaire de ma fac:

Et pleins de bébés…

Pour finir tout ce que je peux dire c’est:

Powlyne ( :

Powlyne? C’est qui? Et d’où elle nous raconte ses aventures?

Bonjour à toutes et à tous !

 

Je vous entends déjà : c’est qui elle ? Et pourquoi elle écrit là ? Et puis d’abord elle où Emi’lit ?

Alors voilà, j’vais tout bien expliquer ! Je suis Pauline (plus connue sous le surnom de Pompon, enfin connue d’Emi’lit seulement mais bon…), je suis la sœur de la plume de ce blog. J’ai déménagé à Amiens pour mes études et je me retrouve donc seule, à l’autre bout de la France, loin de mes proches et de ma vie d’avant (si si !) avec pleins de choses à découvrir… En racontant mon nouveau chez moi  à ma sœur celle-ci m’a demandé si je voulais faire partager tout ça sur un blog, et puisque je n’ai pas le temps de « gérer » moi-même tout ça… Elle m’a prêté un bout du sien 🙂  Voilà, je pense avoir  répondu aux questions qui pouvaient se poser… Je n’en vois pas d’autres pour le moment mais j’vais réfléchir !

C’est le moment de raconter des choses, je ne sais pas vraiment par où commencer, j’avais peur de ne rien trouver à écrire… Mais la vérité c’est qu’il y a tellement de choses à raconter (plus ou moins intéressante, c’est vrai) ! Mais oui, c’est quand même un renouveau dans la vie de la presque-adulte que je suis ! Je pourrai parler de ma TOUTE PETITE  chambre de cité U, des journées du patrimoine que je viens de passer en Picardie, des nouvelles têtes que je croise, de ma classe de Master composée de 9 personnes, de la ville d’Amiens, des charmes de la région amiénoise, de ce que j’ai appris des Picards, du début des cours et des travaux qui s’accumulent déjà, des petits lapins qui se baladent sur la pelouse de ma résidence, des galères d’inscription, …

En fait, ce que je vais faire c’est un mix de tout ça… Je vais commencer par le début à savoir l’arrivée à Amiens ! Lorsque j’ai fait mes choix pour mes futures possibilités d’études, je me suis dit  « courage, on se fiche de ce que font les copines, fais ce qui te plait à TOI ! » j’aime autant vous dire que cet élan de courage et de détermination s’est envolé aussitôt les dossiers remplis ! Et que parfois encore maintenant je me demande franchement ce qui m’a pris !

Je suis déjà partie à Liverpool pendant un semestre l’année dernière… Après ça tout le monde m’a dit que partir en France ça devrait être beaucoup plus facile et qu’après avoir été toute seule à l’étranger, ça allait se passer comme sur des roulettes ! Et en fait… Bah non ! C’est tellement pire ! Je ne saurais même pas expliquer pourquoi, mais se retrouver ni loin ni proche, pas chez soi mais pas non plus à l’étranger, toute seule mais entourée c’est très étrange !

Une fois installée dans ma minuscule chambre et quand mes parents sont partis et que je me suis retrouvée toute seule (sans connexion internet), j’ai commencé à vraiment déprimer… J’ai appelé mes sœurs, mes amis, mes parents tous les jours pour « être » avec quelqu’un et au bout d’un moment j’ai décidé que je devais me remuer et que personne ne le ferait pour moi ! Je suis toujours dans cette phase à l’heure actuelle !

Je ne suis ni bien, ni mal… Je découvre, j’analyse et mon avis change au gré des bonnes ou moins bonnes nouvelles… Pour le moment je me force à bouger, visiter, parler, regarder… et surtout me détacher un peu de mes premiers réflexes d’appels et de sms à tout bout de champ pour me sentir moins seule… Comme ça je devrai louper moins de choses, non ?

 

Powlyne ( enfin Pauline mais WordPress il voulait pas que je m’appelle comme ça…!)