Être mère

Être mère…

Qu’est-ce que c’est qu’être mère?

mère

nom féminin (latin mater)

Définitions de mère

Femme qui a mis au monde un ou plusieurs enfants : Être mère de trois enfants.

source : larousse

Au sens stricte du terme, être mère c’est donc juste mettre au monde un ou plusieurs enfants… Mais ça va quand même bien au delà de ça. Être mère, c’est, pour moi, endossé tout un tas de nouvelles casquettes avec plus ou moins de plaisir. Ainsi, être mère, c’est être aussi infirmière, cuisinière, parfois femme de ménage, mais aussi lectrice, dessinatrice, réparatrice de jouet en tout genre… et la liste et longue.

Être mère, c’est aussi vouloir le meilleur pour son enfant, lui inculquer des valeurs, lui apprendre les choses, l’élever, lui expliquer les choses, lui faire comprendre d’autres choses, lui donner les bonnes armes pour affronter la vie. Mais c’est aussi, le laisser vivre son enfance, à son rythme, sans l’obliger à des tas de choses inutiles, sans le mettre fasse à la violence du monde mais sans toutefois l’élever dans un univers rose et enchanté ou tout le monde il est beau et gentil…

Être mère c’est parfois un casse tête au quotidien.

 

Quand suis-je devenue mère?

Certaines femmes deviennent mère à l’accouchement, d’autres un peu après , le temps de s’adapter, d’autres encore dès qu’elles savent qu’elles sont enceintes… ça a été mon cas. Dès que j’ai vu les deux barres sur le test de grossesse, je me suis sentie mère. Et j’ai commencé à vouloir le meilleur pour mon bébé à venir.

J’ai commencé par faire ce qui était le mieux pour ma Princesse AAA pour son séjour bidonnesque : plus une seule goutte d’alcool, je me suis un peu éloigner des rares fumeurs que je connais (enfin éloigner quand ils fumaient hein, je les ai pas virés de mon cercle d’amis, je suis pas comme ça), j’ai fait attention à mon alimentation (je n’étais pas imunisée contre la toxo par exemple). Parfois ça a été dur, surtout au niveau de la nourriture.

Même si je me sentais mère, j’avais des doutes : serais-je une bonne mère. Même si je l’aimais déjà, saurais-je m’occuper de ce bébé? saurais-je faire ce qu’il faut pour ce petit être qui allait dépendre de moi?

J’ai essayé d’imaginer comment cela se passerait, avec toutes mes certitudes et mes envies de future maman… Mais sans savoir comment cela se passerait…

Et puis Princesse AAA est née (non sans mal) et là j’ai su. J’ai su que j’étais à ma place pour la première fois depuis longtemps. J’ai su que je serais de toute façon une bonne mère, puisque je ferais tout pour qu’elle soit heureuse et qu’elle s’épanouisse.

La seule chose que je n’avais pas imaginer, c’est la force de l’amour que j’aurais pour ce petit être. Je l’aimais déjà bien sûr, mais je ne pouvais imaginer que mon coeur se remplirait d’autant d’amour pour elle, que je serais prête à tout pour elle, pour son bonheur…

Je suis heureuse et fière d’être devenu mère et pour rien au monde je ne changerais ça!

Emi’lit

Lettre à une amie

Une amie… Voilà ce que tu es pour moi. J’ai été là pour les coups durs, j’ai été là pour les moments de joie, j’ai été là pour les moments de doutes… Tu as aussi été là… au début. Mais un jour tout à changer. Est-ce la distance qui nous a séparé? Est-ce le monde virtuel? Je ne sais pas.
Ce que je sais, c’est que quand j’ai eu besoin de quelqu’un, toi tu n’étais pas là. Quand j’allais mal, je me suis retrouvée seule. Seule avec mes larmes et mon chagrin.

Je ne peux pas croire que tout ait changé à cause d’une autre amitié… Pour moi l’amitié se partage, s’épanouit, elle ne se divise pas. Une amitié, ce n’est pas un couple et au final c’est peut être ça qui nous a séparer.

Pendant des années, je n’ai eu que toi et je croyais honnêtement que ça m’allait. Mais non, il faut de la diversité, il faut des gens différents pour s’épanouir. Je pensais que tu le comprendrais…

Je ne peux pas croire que tu ne te sois pas rendu compte que tu me faisais du mal, que tout ça nous éloignait.

Je sais très bien que tu as eu des moments difficiles, que tout n’est pas simple pour toi. Quoi que tu en dises, j’ai essayé d’être là et de te soutenir. Mais sans aucun retour de ta part…

Alors oui, j’ai décidé de prendre mes distances, pour moi aller mieux, pour arrêter de m’en vouloir et pour arrêter de penser que j’étais nulle et inintéressante.

Je sais ce que tu vas me dire, mais je n’attends pas de réponse de ta part.

Je veux juste que tu saches que tu as été ma meilleure amie, et que ça me fait mal de devoir employer le passé, parce que ce n’est pas moi qui l’ai choisi…

 

Emi’lit

 

Avoir une âme d’enfant…

Ce matin, en discutant avec une connaissance, nous n’étions pas d’accord à propos du fait d’avoir su garder une âme d’enfant…

Il me disait qu’il était toujours un enfant car il aime jouer. J’ai trouver ça vraiment réducteur, parce que pour moi ce n’est pas que ça. Il m’a alors dit être toujours capable de rêver, ça déjà, ça me va beaucoup mieux… Mais pour lui rêver c’est rêver d’une belle maison, de belles vacances, d’une famille unie… Hum… ce sont des rêves d’adultes, non?

Pour moi, avoir garder son âme d’enfant, c’est plus que de vouloir jouer tout le temps à n’importe quoi. C’est pouvoir rêver encore et toujours, mais de vrais rêves, pas seulement des rêves d’adultes. On a tous des rêves d’adultes, on veut tous des choses matérielles mais on peut aussi continuer de rêver comme quand on est enfant, non? Personnellement, j’ai des rêves d’adultes comme par exemple que les travaux de ma maison avancent vite, avoir un autre enfant, avoir plus d’argent ou encore vivre de l’écriture. Mais j’ai encore des rêve d’enfant (enfin je crois). Je rêve de vivre dans les nuages (d’ailleurs ma tête y est souvent là-bas), de rencontrer des lutins et des fées ou encore je rêvais du prince charmant (plus maintenant vu que j’ai mon cher et tendre).

Avoir une âme d’enfant, c’est aussi savoir s’émerveiller de plein de petites choses qui pourraient paraître anodines comme les premières fleurs du printemps, un papillon qui vole autour de soi ou la forme particulière d’un nuage. A chaque balade que je fais avec ma fille, elle est à la recherche de nouvelles fleurs à toucher et à sentir et dès qu’elle en trouve une elle me crie « Maman Maman! Fleur énorme! trop trop belle! » et elle l’observe, la touche, la sent… et moi je photographie en me disant qu’elle est vraiment belle cette fleur… Nous pouvons observer un papillon pendant plusieurs minutes sans nous lasser ou encore nous émerveiller d’un oiseau volant de le ciel. J’ai redécouvert tout ça grâce à Princesse AAA, et j’espère bien ne plus m’en défaire…

J’avais quand même un côté petite fille même avant de devenir maman, puisque j’aimais flâner dans les magasins de jouets. J’aimais traîner mon cher et tendre dans le rayon des poupées où je poussais des « oh » et des « ah » d’émerveillement… D’ailleurs chaque année, le Père Noël m’apporte une chouette poupée! Maintenant, on s’émerveille à deux Princesse AAA et moi! Mais ça ne suffisait pas à dire que j’avais garder mon âme d’enfant… Maintenant, ça revient tout doucement… Je redécouvre les joies des rêves fous et de l’imagination débordantes. D’ailleurs, depuis quelques temps, toutes les histoires que j’écris sont pour les enfants… Et j’aime cet univers, j’y suis tellement bien! Je pense que ça c’est la preuve que quelque part, elle est toujours là la petite Emilie…

J’espère que ma Princesse AAA, comme moi, gardera son âme d’enfant en grandissant. J’espère qu’elle continuera à s’émerveiller devant plein de petites choses qui passent souvent inaperçues aux gens. J’espère qu’elle continuera de rêver et de croire aux lutins! Parce que, honnêtement, la vie est bien assez difficile comme ça, on a bien assez de désillusions et de malheurs pour se passer de ces petits bonheurs qui embellissent la vie, non?

 

Emi’lit

 

Le Clafoutis des lutins

Aujourd’hui, je vous emmène un peu dans ma cuisine… Ce weekend, c’était donc l’anniversaire de ma Princesse AAA. Ce dimanche midi, ses copines et leurs mamans sont donc venues manger chez nous. J’en ai profité pour tester une recette que je garder sous le coude depuis quelques temps : le clafoutis des lutins. J’avais peur que ça ne plaise pas… Mais finalement, j’ai même pas un reste pour faire une photo… (je vais être obligée d’en refaire dans la semaine…). Voici la recette!

CLAFOUTIS DES LUTINS

Pour 8 parts :
– 80 g de pruneaux
– 80 g de dattes
– 60 g de raisins secs
– 80 g d’abricots secs
– 50 g d’amandes effilées
– 4 œufs
– 100 g de sucre
– 1 sachet de sucre vanillé
– 50 g de farine
– 50 g de beurre
– 25 cl de lait
– 1 petit verre d’eau sucrée
– 1 à 2 cuillères à soupe de liqueur de coing ou d’Armagnac (facultatif)
– 1 pincée de sel

Préparation :
1. Couper les fruits secs en morceaux, les placer dans un saladier et les arroser d’eau sucrée. Laisser macérer le temps de préparer l’appareil à clafoutis.
2. Battre les œufs en omelette. Ajouter une pincée de sel et le sucre semoule. Fouetter jusqu’à obtention d’un mélange mousseux.
3. Verser la farine en pluie sur les œufs. Bien mélanger de façon à obtenir une pommade lisse.
4. Faire fondre le beurre. Le verser sur la farine et les œufs. Mélanger, puis incorporer le lait en filet. La pâte doit être onctueuse et sans grumeaux.
5. Beurrer un plat à gratin. Y répartir les fruits secs égouttés (réserver le liquide de macération). Napper avec la préparation aux œufs et au lait. Mettre au four préchauffé à 180°C pendant 40 minutes. La surface du clafoutis doit être dorée.
6. Sortir le clafoutis du four et le saupoudrer de sucre vanillé. Arroser avec le liquide de macération. Servir chaud, tiède ou froid selon votre goût.

Si vous le faites, n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé!

Emi’lit

Princesse AAA

Aujourd’hui, ma fille a trois ans. Il y exactement trois ans, je donnais naissance à ma fille (et je frôlais la mort). Je l’avoue, je l’aime plus que tout au monde ma fille. Je l’ai aimée dès qu’elle s’est logée dans mon ventre. Et dès que je l’ai vue, le 16 mars 2009, j’ai su que je l’aimerai plus que tout!

Mais je vous l’avoue aussi, parfois elle me rend folle. Parce que même si la plupart du temps c’est un ange, elle a un côté démon qui me rend chèvre… Quand :
-elle refuse de manger et me dit « je rentre chez moi » en me tournant le dos.
-elle se barre à l’autre bout du magasin avec son petit caddie en criant « AAA tourne là! »
-elle renverse du yaourt sur la table sans le faire exprès et au lieu de me demander de l’aide, elle l’étale…
-elle parle/chante/hurle au lieu de dormir.

Souvent aussi elle me fait rire! Quand :
-elle explique à tous les gens que l’on croise, que je suis sa maman, que Papa des Champs est son papa et que elle c’est AAA
-elle m’explique 10 fois par jour que “Papa travaille”, que Payine aussi travaille et que Petite Elfe fait dodo.
-elle explique que l’on va acheter des “quequettes de chat” et non des croquettes pour le chat
-elle prend son téléphone pour appeler ses tantes, ou ses grands parents ou ses copines.

Et puis aussi et surtout, elle me fait fondre quand:
-elle veut faire quelque chose par elle même et qu’elle me dit “AAA fait”
-elle fait la cuisine avec moi et qu’elle veut absolument prendre le “tourne” (fouet) parce que bien sûr “AAA fait”
-elle joue avec sa petite cuisine et me fait à manger. Quand les plats sortent du four “est très très chaud maman”
-elle s’habille toute seule et qu’elle me dit fièrement « AAA s’habille tout seul »
-le matin, elle me donne mon téléphone pour que j’envoie un message à son papa “coucou papa. T’aime fort fort papa. Gros gros dodo AAA, gros gros dodo maman. Bisou”
-elle m’explique ce qu’elle voit dehors ou à la télévision, avec ses grands yeux brillants d’excitation
-elle me demande quelques choses me disant « soplait soplait soplait » en joignant ses mains comme si elle faisait une prière.

Mais ce qui me fait le plus fondre, ce que je préfère par dessus tout, c’est quand elle joue tranquillement dans son coin. D’un seul coup elle lâche tout, se précipite vers moi, prend mon visage dans ses petites mains, plonge son regard dans le mien et me dit “t’aime fort fort maman” avant de me faire un bisou et de repartir jouer…
Et là elle peut avoir fait plein de choses qui m’ont énervés dans la journée, tout s’envole d’un seul coup… Parce que moi aussi je l’aime fort fort ma Princesse AAA!

Emi’lit

Le printemps

Récemment, on m’a demandé ce que m’évoque le printemps. Le printemps pour moi, c’est comme pour tout le monde le retour du beau temps, les fleurs qui s’ouvrent, la verdure qui revient…. C’est aussi bien sûr, recommencer à faire de longue balade à pied, manger dehors, ressortir t-shirt et manche. C’est aussi pouvoir lire dehors.

D’un côté purement pratique, c’est aussi pouvoir étendre le linge dehors et qu’il sèche vite. C’est la maison qui se réchauffe enfin grâce au soleil. C’est aussi, ne plus être obligée de me sécher les cheveux pour sortir…

Le printemps, c’est aussi la fin de ‘l’hibernation » de Papa des Champs, qui est à nouveau motivé pour faire tout un tas de choses.

Mais le printemps c’est aussi et surtout la naissance de ma fille. D’ailleurs voici le texte que j’avais rédigé pour son faire-part de naissance:

On dit toujours qu’une hirondelle ne fait pas le printemps…
En effet, cette année c’est notre petite Princesse AAA qui nous l’apporte en naissant ce 16 mars 2009.
Après être restée bien au chaud pendant un été, un automne et un hiver, elle arrive enfin avec ses 4,180kg et ses 53 cm.

 

En effet, le 16 mars 2009 a été la première vraie journée de printemps, où il faisait beau et chaud. Quand je suis revenue dans ma chambre, le soleil était bel et bien là, les oiseaux chantaient (et les corbeaux croassaient). Il a d’ailleurs fait très beau toute la semaine de notre séjour à la maternité.

Je crois que pour moi maintenant, le printemps, c’est juste ma fille… Comme son père, elle sort d’hibernation avec le retour du soleil. Elle est plus joyeuse et plus folle.

Le printemps, c’est le retour des couleurs, des rires et des cris, le retour de la bonne humeur… Le printemps, c’est Princesse AAA…

 

Emi’lit

 

Cadeau

Un cadeau qu’est ce que c’est?

Du latin catellus (« petite chaîne ») diminutif de catena (« chaine »), à cause de la forme enchaînée des traits de plume. Gilles Ménage nous apprend que « faire des cadeaux » s’est dit pour « faire des choses spécieuses mais inutiles », comparées métaphoriquement à ces traits de main des maîtres d’écriture. De là on passe sans peine à « cadeau » dans le sens de « divertissement, fête » et, finalement, « présent ». (Wiktionnaire)

Maintenant qu’on sait d’où ça vient, qu’est ce que c’est vraiment?

Pour moi un cadeau ce n’est pas forcément cher, ce n’est pas forcément pour une occasion particulière et encore moins pour se faire pardonner de quelques choses. Un cadeau, c’est pour dire je t’aime. Un cadeau c’est pour faire plaisir. Il ne suffit pas de balancer de l’argent pour faire un cadeau, le choix est important. J’aime passer du temps à trouver LE cadeau. J’offre souvent des livres. Parfois c’est simple, on sait ce que les gens aiment, parfois c’est beaucoup plus difficile. Mais c’est toujours un réel bonheur de dénicher un cadeau qui plaira à la personne à qui il est destiné.

Et j’aime aussi qu’on fasse la même chose pour moi. Qu’on prenne le temps de réfléchir à ce qui me plairait. Bon parfois il y a eu quelques belles plantades mais ma foi, au moins les gens ont fait l’effort de réfléchir et de choisir eux même un cadeau.

Alors là, je ne vous parles pas de cadeau parce que j’en veux hein, un cadeau ça ne se demande pas, et je ne suis pas du genre à demander ce genre de choses. Je parle de cadeau parce que c’est bientôt l’anniversaire de ma petite Princesse AAA. Je suis heureuse qu’elle sache nous dire ce qui lui ferait plaisir, mais je suis aussi heureuse que certaines personnes prennent des initiatives, ayant remarqué qu’elle aime telle ou telle chose. Je suis contente de pouvoir lui offrir des choses qui vont lui faire briller les yeux…

Je disais l’autre jour sur Facebook, qu’on a les moyens financiers pour ce qu’on veut. Ce mois ci ce que je veux, c’est que ma fille est un anniversaire qui lui fasse plaisir, avec sa famille, avec ses amis, avec des cadeaux qui lui fassent plaisir, avec un joli gâteau et une bougie à souffler. Pour ça je devrais sans doute faire une croix sur deux ou trois choses mais rien que pour voir les yeux de ma fille plein d’étoiles, je m’en fiche royalement…

Sur ce, j’ai un menu d’anniversaire à préparer (deux en fait^^)

 

Emi’lit