Le grand débat (loufoque) de la semaine #1

Avons-nous trop de doigts?

Ma copine Cynthia Maman Bavarde pense (injustement) que nous avons trop de doigts… Je me demande bien d’où elle vient pour raconter de telles inepties…

Que nous soyons bien d’accord, chaque être humain (sauf quelques exceptions) a 5 doigts à chaque main et à chaque pied. Selon certaines personnes (dont Cynthia fait partie, je le rappelle), 10 doigts et 10 orteils c’est trop! Et ils ont des arguments pour défendre cette idée saugrenue…

Pour commencer, avec des doigts en moins, on peinerait moins à habiller nos enfants qui aiment jouer avec leurs doigts et leurs arpions.

pied_clovis_cornillac_brice_nice

Pour ce qui est de ces derniers, à moins d’avoir un seul doigt de pied comme Clovis Cornillac dans Brice de Nice (vous pourrez remarquer au passage mes excellentes références cinématographiques), je ne vois pas comment avoir un ou deux orteils en moins pourrait nous faciliter l’enfilage de chaussettes. Pour ce qui est des mains, il suffit de les bander ou de les moufler (action de mettre des moufles) avant l’habillage et le tour est joué! Et je peux vous assurer que je n’ai aucune peine à habiller mes filles!

Deuxièmement, c’est une perte de temps d’entretenir autant d’ongles en coupant, limant et même en vernissant ceux-ci. Je suis bien d’accord que pour faire toutes ces choses bien, il faut prendre du temps… Cependant, il existe une solution toute simple: se ronger les ongles. Si vous vous rongez les ongle, vous faites en même temps le coupage et le limage. En plus, qui voudrait mettre en valeur des ongles rongés? Vous économiserez ainsi l’étape du vernis aussi.

Troisièmement, si nous avions moins de doigts, se serait plus simple pour les créateurs de gants. Je n’aurais qu’une seule chose à répondre: les moufles, ce n’est pas fait pour les chiens!!

Finalement, ces hurluberlus disent que nous pourrions faire plusieurs choses avec le même doigt.
Alors déjà, sur le principe c’est déjà le cas pour certains. Le pouce (faire du stop, faire signe que tout est ok…), l’index (montrer quelque chose, prendre la parole en classe, faire preuve d’autorité…) ont plusieurs fonctions. Les autres n’en ont pas forcément mais ils sont quand même utiles: le majeur (pour le doigt d’honneur), l’annulaire (pour mettre une alliance) et l’auriculaire (doigt de curage par excellence).
Je ne vois pas comment nous pourrions en ôter un…
Faire un doigt d’honneur avec le pouce? ça pourrait porter à confusion et entrainer une grosse dispute avec quelqu’un. Ben oui, imaginer la scène: votre chéri vous a fait un super repas. Vous voulez lui signifiez que c’est délicieux mais vous avez la bouche pleine (et on sait bien que l’on ne parle pas la bouche pleine). Pourtant, lui il vous demande « alors chérie, tu aimes? ». Vous levez votre pouce en signe de « c’est génial! », mais lui le prend pour un doigt d’honneur… Non non, vraiment c’est impossible!
Se fourrer le pouce dans le nez pour aller chercher ce qui s’y trouve? Personnellement, mes narines sont trop petites pour que je fasse ça…
Quant à l’alliance, c’est quelque chose de bien trop important pour être mélanger avec autre chose (surtout si cet autre chose est un doigt malpoli ou un doigt crado)…
Montrer quelque chose avec son majeur? Là encore, même histoire que tout à l’heure… ça peut porter à confusion et finir en dispute ou en bagarre…

A la limite, le seul qui ne sert pas à grand chose, c’est l’annulaire droit. Mais l’enlever signifierait n’avoir que quatre doigts à droite. Cela ferait un déséquilibre et les gens pencheraient à gauche… Pas très pratique avouez!

Non, sérieusement, chacun de nos doigts est important! Il est impensable d’en ôter un,n’en déplaise à certains.

Gardons tous nos doigts!

Et vous qu’en pensez vous? Avons-nous trop de doigts? N’hésitez surtout pas à donner votre avis dans les commentaires, le débats est ouvert!!!

Qu’en penses les copines?
Maman est au musée
Maman BavardeMaman Cherry
Flying Mama
Mary et les Minis Nous
Les Sorcières au clair d’étoile
MamanAnonyme
Cocoon et moi
Béalapoizon pour vive les pestes
Linosqui

illustration: http://korriganne.com/

Une Petite Fraise est née…

Fraise

 

Tout à commencé le 26 janvier au matin… En me préparant pour aller à une grosse foire à côté de chez moi (vous auriez dû avoir un article, mais vous devrez attendre l’année prochaine, je suis désolée…), je perds le bouchon muqueux. Bon sur le coup, pour moi, ça ne veut absolument rien dire puisque pour Princesse AAA, je l’avais perdu un mois avant.
Bref, nous voilà partis à la Sainte Paule (c’est le nom de la grande foire) et on fait une balade d’environ 2h30/3h. Sur la fin, j’ai bien un peu mal au ventre mais seulement des douleurs ligamentaires. Pas d’accouchement en vue, enfin c’est ce ce que je pense à ce moment là. Je reste la fin de la journée allongée parce que j’ai un peu mal et que je suis fatiguée mais bon c’est logique.

Le soir, Petite Fraise organise une fête dans mon ventre. Pour certains, c’est une fête de fin de bail et je vais accoucher bientôt. Pour moi, c’est mal engagé et ça veut dire « Je me sens bien là, j’y reste! ».

2h00 du matin: La douleur me réveille. Ma cicatrice de césarienne me fait un mal de chien et j’ai super mal aux reins… Contractions? Sans doute… J’attends! 3minutes après une autre. 3 minutes après encore… Si je me souviens bien, il faut attendre 2heures de contractions régulières pour aller à la maternité… On commence à prendre notre mal en patience. Mais, au bout de 30 minutes, on décide d’appeler « Super Maman » parce que laisser Princesse AAA en pleine nuit chez le voisin, on le sent pas vraiment. « Super Maman » répond tout de suite au téléphone et part pour 2h30 de route.

5h00: « Super Maman » arrive. La valise est dans la voiture (au cas où, mais on n’y croit pas vraiment, on est persuadé qu’on va revenir). La descente des deux étages de la maison est périlleuse à cause des contractions!

5h30: Arrivée à la maternité. Monitoring. « Les contractions sont vraiment fortes et régulières » me dit la sage-femme. Elle vérifie le col (et me fait super mal au passage). Vedict: 3cm d’ouverture. Bon ben finalement on reste!

7h30: Après m’avoir explosé les deux mains pour me mettre un cathéter (les bleus sont partis il y a deux jours à peine) qu’ils m’ont finalement mis au pli du coude droit, l’anesthésiste est venu me pauser la péridurale (elle s’y est reprise à 3 fois). Je revis à ce moment là! Je vous avoue que la douleur dans la cicatrice et dans les reins ont eu raison de mon courage…

Dans la matinée: Pour accélérer un peu la descente, la sage-femme essaye plusieurs positions. Je fais un malaise, la position allongée les pieds dans les étriers ne m’allant pas des masses…
Toutes les deux heures environs, Mon Cher et Tendre appelle ma maman pour avoir des nouvelles de Princesse AAA. Vers 12h, il va manger (il avait déjà fait un malaise le matin, c’était largement suffisant).
Comme les contractions sont devenues faibles et irrégulières (merci la péridurale), la sage-femme me met de l’accélérant. A cause de la césarienne, ils ne peuvent pas abuser de ce produit et heureusement parce que les contractions deviennent plus violentes et la douleur revient! Mais j’ai mon « joujou » comme l’appelle la sage-femme et je peux rajouter un peu de péridurale si j’ai mal… Autant vous dire que je l’aime ce joujou!

12h30: rupture de la poche des eaux. La sage femme devait venir me la percer mais ça s’est fait naturellement. Quand elle vient pour la percer donc, elle voit que c’était fait, mais elle voit aussi que le liquide amniotique  est teinté… Rien de méchant me dit-elle, il faudra juste faire quelques prélèvements (qui auraient de toute façon eut lieu à cause de mon pseudo diabète gestationnel).

Plusieurs heures plus tard: dilatation complète (comme c’est glamour!), mais Petite Fraise est toujours haute et sa tête est mal positionnée. On attend un peu… Finalement, aux vues de mes antécédents, on demande l’avis de la gynécologue de garde. Verdict: avec l’aide de la ventouse ça devrait passer. On tente donc la voie basse. Et là j’ai peur et je pleure! Je suis persuadée de ne pas y arriver! (Je vous rappelle que Petite Fraise était prévu à 4,400kg).

La sage-femme prépare tout ce qu’il faut. Pendant ce temps mon coeur s’emballe. En plus depuis quelques heures j’ai de la fièvre. A ce moment là, je suis loin d’être sereine!
Quand tout le monde est prêt, je me met en position (pas confortable du tout, il faut bien le dire), et c’est parti! Au départ, je me laisse guider et petit à petit je ressens les choses et on y va! Sauf que, dès que j’arrête de pousser, petite Fraise remonte un peu. Du coup, la sage-femme grimpe sur le lit et appuie de toutes ses forces pendant que je pouuse et maintient la pression entre 2 contractions (autant dire qu’elle me grimpe dessus quoi). L’auxiliaire de puériculture (qui s’appelle Emilie) ne cesse de m’encourager. Je les entend, elle et la sage-femme, me dire que je fais du bon travail, que c’est pour petite Fraise… Je me sens comme un sportif de haut niveau et ça fait un bien fou!

Puis, je sens la tête passer et tout le reste. On me montre ma fille qui est juste magnifique! Elle part ensuite avec son papa pour être mesurée, pesée et qu’on lui fasse les premiers soins. J’apprends qu’elle avait le cordon autour du coup.

Pendant qu’on s’occupe de ma fille dans une autre pièce, on me dit que j’ai été déchirée au passage des épaules. C’est une déchirure en étoile (donc un peu plus compliquée à suturer ma dit-on). La gynécologue me recoud donc avec l’aide de la sage-femme. Cette couture prendra un peu plus d’une heure parce que je saigne énormément.

Je retrouve ensuite ma fille et Mon Cher et Tendre. Je fais une petite séance de peau à peau avec Petite Fraise, mais assez vite, on la remet en couveuse car elle aussi fait de la fièvre!

Après l’accouchement (et la couture), la sage-femme m’a félicité d’avoir si bien travaillé et m’a aussi dit « heureusement qu’elle ne faisait pas le poids prévu, sinon ça ne serait jamais passé! ».

 

Cet accouchement a été long (de 2h du matin à 17h35 sans compter l’expulsion du placenta, que je me serais bien passée de voir, et la couture), douloureux et soyons honnête un peu dur que ce soit pour moi, pour Petite Fraise ou même pour Mon Cher et Tendre.
Je m’en suis tirés avec quelques points (uniquement internes), quelques hémorroïdes (qui m’ont fait plus souffrir que les points), une grosse perte de sang, un germe qui m’a donné de la fièvre et grâce à qui j’ai été sous antibio durant 10jours.
Petite Fraise quant à elle, a donc eu de la fièvre et donc des prises de sang. Mais elle s’est surtout fait un bel hématome en tentant de sortir toute seule et la gynécologue a dû mettre la ventouse sur cet hématome. Elle a donc été sous dafalgan durant tout le séjour à la maternité et la bosse et les cloques sont presques toutes parties à l’heure où j’écris cet article (soit 22jours après l’accouchement).Mon Cher et Tendre, lui, a aussi eu du mal avec cet accouchement. Entre le fait de me voir avoir mal, la sage-femme qui m’appuyait sur le ventre, la vision d’horreur qu’il a eu quand il est revenu dans la salle alors que la gynécologue était en pleine couture et le sang que j’ai perdu (et que lui a vu pour le coup)…

Mais au final, pour être tout à fait honnête, je dirais quand même que je suis fière de moi. Je suis heureuse d’avoir accuchée par voie basse. Heureuse que nous ayons pu vivre ça. Heureuse qu’au final tout le monde aille bien. Et comme me l’a dit mon papa: « Tu t’améliores! Le prochain, tu nous le fais toute seule comme une grande! ».

 

Petite Fraise est donc née le 27 janvier 2013 à 17h35. Elle pesait 3,820kg et mesurait 52,5cm.

 

Emi’lit